Le PCF transformé en écurie présidentielle pour Roussel

TRIBUNE. À l’issue du dernier congrès du Parti communiste français, Fabien Roussel en a été réélu secrétaire national. Ce texte critique vertement la transformation du parti et s’inquiète de la stratégie anti-Nupes mortifère.

Isabelle Lorand  • 13 avril 2023
Partager :
Le PCF transformé en écurie présidentielle pour Roussel

Par Isabelle Lorand, ex-membre du Conseil exécutif national du PCF.


Le congrès du Parti communiste français, qui s’est tenu le week-end dernier à Marseille, signe sa transformation en écurie présidentielle. Fabien Roussel a compris que pour franchir les 5 %, il ne pourra pas se contenter du soutien du Parti radical de gauche. Il aspire désormais à être le candidat des anti-Nupes. Ainsi la rencontre avec Bernard Cazeneuve, qui était le ministre de l’Intérieur de la déchéance de nationalité et qui a quitté le PS en raison de son désaccord avec la Nupes, est tout sauf une sortie de piste.

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, quelles sont les formations de gauche ? Le PCF, le PS, EELV et LFI. Qui est la Nupes ? Le PCF, le PS, EELV et LFI. Alors oui, il faut que la Nupes évolue vers plus de citoyenneté, de démocratie. Il faut qu’elle s’ouvre à certains et travaille avec d’autres. Il faut qu’elle s’affranchisse de toute volonté hégémonique.

Mais toute autre construction est un changement d’alliance. Derrière les atermoiements, c’est la stratégie présidentielle qui ne dit pas son nom. Bien sûr, il faut tout de même anticiper une éventuelle dissolution de l’Assemblée nationale. Et là, la Nupes reviendrait en odeur de sainteté. Car pas de Nupes, pas de député.es…

Sur le même sujet : Et de gauche, et de gauche !

En bonne écurie présidentielle, il faut transformer les militant.es en fans ayant le doigt sur la couture du pantalon. En cela, il s’agit d’un recul historique. En 2000, après l’effondrement du bloc de l’Est, le congrès de Martigues ambitionnait de transformer le vieux Parti communiste en un parti ouvert sur la société et riche de la liberté d’opinion de ses membres.

L’affaire Cazeneuve aurait dû être une bombe. Il n’en fut rien.

Les vicissitudes qui ont suivi, notamment la tentative de réduire le PCF à une tendance du PS appelée « le congrès de Tours à l’envers », défendue par les proches de Robert Hue, qui occupent aujourd’hui des postes clés dans l’équipe de Fabien Roussel, sont devenues prétexte à pourfendre le cœur de l’avancée. La diversité des points de vue était devenue un droit, véritable mutation par rapport à la culture du centralisme démocratique.

Depuis ce week-end, la diversité est remisée au rang d’obstacle à l’efficacité ! Les démons du passé reviennent en force. Cette injonction à se soumettre à la parole du chef conduit à accepter l’inacceptable. L’affaire Cazeneuve aurait dû être une bombe. Il n’en fut rien.

Exceptées quelques interventions critiques et bien souvent sifflées, c’est « circuler il n’y a rien à voir ! » « Il [Darmanin] sait entendre la colère, connaît la difficulté d’un ouvrier, il est comme moi ». Le secrétaire national du Parti communiste parle du ministre qui envisage de priver la Ligue des droits de l’homme de subventions publiques et dont la doctrine de maintien de l’ordre est critiquée jusqu’à Washington ! Sur ce point aussi, le congrès avale la pilule. Galvanisé, Fabien Roussel va encore plus loin avec les frontières passoires et les migrants problèmes

Sur le même sujet : Après le 49.3, la Nupes peut-elle convertir la colère en adhésion ?

La tentative de représenter les anti-Nupes n’est pas seulement une impasse, elle est mortifère. Pour la première fois depuis Pétain et la Libération, une candidate fasciste est donnée gagnante à l’élection présidentielle dans un sondage. Ce devrait être une préoccupation majeure du parti des fusillés. Que nenni ! L’objectif est de tacler LFI plutôt que de tout faire pour que la gauche, à l’image de l’intelligence des syndicats, soit au niveau du formidable mouvement pour la retraite.

La paix mondiale est menacée, mais le congrès du Parti communiste, né du combat pacifiste, n’en parle pas.

La guerre est à trois heures de Paris. Depuis une semaine la Chine encercle Taïwan et les navires américains arrivent sur site. La paix mondiale est menacée, mais le congrès du Parti communiste, né du combat pacifiste, n’en parle pas.

Et même si l’on veut se regarder le nombril : un score présidentiel minable, l’absence de député.es au Parlement européen, la perte de positions locales, des milliers de cotisants en moins…  Là encore, cela passe en pertes et profits.

Pire, pour la première fois dans un congrès, la direction sortante s’est affranchie de son rapport d’activité : le bilan d’organisation prévu au conseil national de novembre 2022, promis à celui de janvier 2023 n’a même pas été présenté au congrès. Le parti fantasmé est plus enthousiasmant que le parti réel !

Dans l’écurie présidentielle, il ne faut pas tenir tête, sinon elle tombe. La purge a été expéditive. Seulement 5 % des membres du Conseil national ont soutenu la proposition de texte alternatif « Urgence de communisme ». Parmi eux, Le Printemps du communisme, courant pro-Nupes inscrit dans la longue filiation des unitaires (reconstructeurs, refondateurs…), se sont vus interdits de prise de parole tant dans le débat général que dans celui de la composition de la direction nationale.

Pourtant, on aurait aimé connaître leur réaction à leur éradication puisqu’aucun d’entre eux ne sera membre du conseil national. Décidément le chouchou des médias cache bien son jeu. Avec lui, la tradition communiste qui, articulant radicalité et responsabilité (ni social-démocrate, ni gauchiste), implantation de proximité et rayonnement national, union des intellectuels et du peuple, a participé à façonner le modèle social français et à contribuer à faire gagner la gauche, pourrait disparaître.

Gageons que l’intelligence des communistes permettra d’une façon ou d’une autre de redonner vie à cette histoire.

Tout Politis dans votre boîte email avec nos newsletters !
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 5 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 
Appel 12 avril 2024

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 

TRIBUNE. La politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple Kanak, conduite par le gouvernement ne peut mener qu’à un immense gâchis, s’alarment dans cet appel 56 personnalités.
Par Collectif
3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole
Tribune 11 avril 2024

3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole

TRIBUNE. Radicalement opposés à cette ferme-usine, Victor Pailhac, Azelma Sigaux et Fiona Vanston, coordinateurs nationaux de la Révolution écologique pour le vivant (REV), estiment que son abandon devra initier la révolution végétale et éthique qui s’impose à notre humanité.
Par Victor Pailhac
Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !
Tribune 10 avril 2024

Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !

TRIBUNE. L’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi vers l’interdiction des PFAS, polluants éternels omniprésents dans la vie quotidienne. Trois élus écologistes, dont Marie Toussaint, appellent à son adoption au Sénat le 30 mai prochain et à une application du principe en Europe.
Par Anne Souyris
« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »
Tribune 9 avril 2024

« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »

Le risque est d’en présenter des contours parfaits, et ainsi, d’en affaiblir la portée, estiment deux sénatrices du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires et les co-secrétaires nationales des Jeunes Écologistes.
Par Mathilde Ollivier