Contre l’école du tri social

TRIBUNE. Une trentaine de personnalités s’érigent contre la vision de l’école défendue par Emmanuel Macron, « qui cherche à ajuster, le plus tôt possible, le profil scolaire des enfants à la demande du marché ».

Collectif  • 6 septembre 2023
Partager :
Contre l’école du tri social
Des élèves de la section des métiers de la mode et des industries connexes du lycée professionnel Victor Lépine à Caen, en 2004.
© MYCHELE DANIAU / AFP

Après l’échec de l’expérience Pap Ndiaye, vite remercié, Emmanuel Macron fait désormais de l’école son « domaine réservé » comme il l’indique dans son interview donnée au Point le 24 août 2023. Il y déroule son projet d’« école de la transmission, de l’esprit critique et de la confiance ». Dans cet édifiant entretien jupitérien teinté d’autosatisfaction et de chauvinisme, il dessine, dans un discours orwellien, une école qu’il prétend destinée à réduire les inégalités sociales. Il est vrai que, parmi les exceptions françaises, on oublie souvent de mentionner que son école est l’une des plus inégalitaires de l’OCDE. Très douée pour accompagner aussi loin que possible les élèves les mieux dotés, elle figure parmi les cancres quand il s’agit de faire réussir les enfants les plus socialement défavorisés. Disons-le d’emblée, cette permanence des inégalités scolaires est indigne, et y remédier représente à nos yeux le principal défi d’une école publique digne de ce nom.

Sur le même sujet : L’État, c’est lui (l’éducation aussi)

Or nous en sommes loin, et les propos du président de la République ne nous rassurent guère. L’école qu’il dessine est exactement l’inverse de ce que nous défendons. Il dit vouloir en finir avec les hypocrisies, prenons-le au mot. Parmi les réformes annoncées, il y a la poursuite de celle, emblématique, du lycée professionnel, qui cherche à caser des jeunes, dès 14 ans, dans le monde professionnel, se délestant ainsi sur l’entreprise de sa mission éducative. Rejetée par l’ensemble de la communauté professionnelle ainsi que par les syndicats, elle est maintenue et présentée comme une petite révolution éducative alors qu’il s’agit d’une régression notable au regard de l’histoire du lycée professionnel, qui tente de maintenir l’équilibre entre un apport culturel humaniste et une formation professionnelle. Poursuivons l’inventaire : pour Emmanuel Macron, la solution aux inégalités scolaires serait de sensibiliser dès l’âge de 12 ans au monde de l’entreprise afin de montrer quels sont les secteurs professionnels demandeurs. On ne saurait offrir plus réjouissante perspective à un enfant.

Quel est le véritable nom d’un projet éducatif obsédé par l’adéquation avec la demande économique ? On peut le qualifier comme ceci : une école du tri social, c’est-à-dire une école qui cherche à ajuster, le plus tôt possible, le profil scolaire des enfants à la demande du marché. Les arguments sont connus : pourquoi le laisser à l’école s’il n’est pas fait pour ça ? Autant qu’il apprenne auprès d’un patron… Et l’hypocrisie est d’autant plus criante que beaucoup de familles se laissent facilement convaincre qu’il s’agit de la meilleure solution pour leurs enfants en échec scolaire.

L’école de la Macronie prend acte de l’existence des inégalités sociales pour assigner chaque enfant à la place qui lui revient.

Mais quelle capitulation ! Nous pensons au contraire que l’école publique a pour mission « régalienne » de ne pas trier les enfants selon leurs profils sociaux et de les maintenir le plus longtemps possible sur ses bancs. Cela sous-entend de changer complètement de logiciel éducatif et de réparer ce qui a déjà été cassé, en commençant par protéger l’école et les enfants d’un monde économique parfois brutal et qui ne correspond de toute façon pas à celui qui sera le leur dans quelques décennies ; en réaffirmant notre attachement à la gratuité de l’école, surtout en période d’inflation galopante qui pèse sur les parents, particulièrement les plus socialement relégués.

Sur le même sujet : Pour défendre un lycée pro ambitieux : préparons la riposte ! 

Cela demande également de rediscuter l’ensemble des programmes scolaires, non pas en ânonnant la vieille antienne des « fondamentaux », mais en équilibrant les savoirs pratiques, intellectuels et culturels, afin d’en finir avec des programmes élitistes trop adaptés aux attentes des familles les plus privilégiées. On n’éduque pas des enfants en les privant prématurément de leur jeunesse. Bien au contraire, l’école pensée par les révolutionnaires de 1789 puis les républicains avait à cœur d’affirmer la mission éducative de la puissance publique comme condition première d’une lutte contre les destins au berceau. Bien loin de cet idéal, l’école de la Macronie prend acte de l’existence des inégalités sociales pour assigner chaque enfant à la place qui lui revient. Sa principale hypocrisie consiste à persuader les enfants eux-mêmes qu’ils ne valent pas mieux que ce que l’école leur propose. C’est faux. L’école publique en France n’est pas à la hauteur de son histoire et il ne suffit pas de brandir des figures emblématiques comme Ferry, Zay ou Buisson pour effacer la réalité de ce qui la tue à petit feu depuis des décennies : une politique libérale violente, maltraitante et déshonorante.


Signataires

Clémentine Autain, députée LFI Ephram Belœil, président de la Voix lycéenne • Coralie Benech, Snep-FSU Arnaud Bonnet, commission enfance-éducation-formation, EELV Céline Brulin, sénatrice, PCF • Alexis Corbière, député LFI Guislaine David, Snuipp-FSU Laurence De Cock, historienne et enseignante Dieynaba Diop, enseignante en lycée professionnel, conseillère régionale, PS Paul Devin, FSU Thomas Dossus, sénateur, EELV Iñaki Echaniz, député PS Grégoire Ensel, président de la FCPE Elsa Faucillon, députée PCF Djéhanne Gani, enseignante, Génération·s Sigrid Gérardin, Snuep-FSU Pierre Huguet, adjoint au maire de Marseille Éducation, Generation-s Jérôme Jolivet, enseignant en lycée professionnel, Snuep-FSU Fatiha Keloua Hachi, députée, PS Sébastien Laborde, responsable éducation, PCF Mathilde Larrère, historienne Monique de Marco, sénatrice, EELV Philippe Meirieu, pédagogue Francesca Pasquini, députée EELV, commission éducation-culture Éric Piolle, maire de Grenoble Ali Rabeh, maire de Trappes, Génération·s • Jean-Claude Raux, député éxologiste, commission éducation-culture • Éléonore Schmitt, porte-parole de l’Union étudiante Danielle Simonnet, députée LFI •  Benoît Teste, FSU •  Yannick Trigance, secrétaire national PS école, collège, lycée Sophie Vénétitay, Snes-FSU Philippe Watrelot, professeur retraité, militant pédagogique


Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Éducation et Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 5 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social
Tribune 23 mai 2024

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social

TRIBUNE. En Seine-Saint-Denis, plusieurs élus, militants et salariés alertent sur les conditions du droit du travail au sein de l’association de la Sauvegarde 93. Ils dénoncent aussi le licenciement de Farid Bennaï, délégué syndical FO, pourtant rejeté par l’inspection du travail.
Par Collectif
« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »
Tribune 21 mai 2024

« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »

TRIBUNE. Co-fondateur de Peuple révolté et porte-parole de PEPS, Ritchy Thibault fait l’objet, tant de la part d’Emmanuel Macron que de Jordan Bardella, d’un acharnement répressif que les signataires de cette tribune dénoncent avec force.
Par Collectif
Grève des agents périscolaires à Paris : « Nous sommes en souffrance »
Éducation 21 mai 2024 abonné·es

Grève des agents périscolaires à Paris : « Nous sommes en souffrance »

Titularisation des vacataires, formations, remplacements : du 21 au 24 mai, les personnels de l’animation et les agents spécialisés des écoles maternelles (ASEM) de Paris sont en grève. Le but : obtenir de meilleures conditions de travail et une reconnaissance des métiers du périscolaire.
Par Léa Lebastard
En école privée catholique, une éducation à la sexualité d’un autre âge
Éducation 17 mai 2024 abonné·es

En école privée catholique, une éducation à la sexualité d’un autre âge

Tenu d’assurer les trois séances annuelles d’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle par la loi de 2001, l’enseignement catholique se tourne parfois vers des associations. Si certaines ont fait évoluer leur discours sur l’homosexualité ou les relations hors mariage, d’autres déversent encore des préceptes anti-IVG.
Par Maëlle Le Corre