Le régime iranien, noyau du bellicisme et du terrorisme

TRIBUNE. Pour Hamid Enayat, opposant au pouvoir théocratique iranien, Téhéran exploite le conflit israélo-palestinien, appliquant ainsi une stratégie habituelle qui consiste à recourir à des conflits extérieurs pour masquer sa répression interne.

Hamid Enayat  • 20 octobre 2023
Partager :
Le régime iranien, noyau du bellicisme et du terrorisme
© Ashkan Forouzani / Unsplash

Chaque individu et mouvement désireux de paix au Moyen-Orient devrait concentrer ses efforts sur l’épicentre du terrorisme et de l’agressivité : la dictature religieuse en Iran. En parallèle, il est essentiel de guérir les anciennes blessures de la Palestine et d’offrir un soutien sans faille aux désirs légitimes des peuples palestinien et israélien pour la création de deux États souverains. Il est clair qu’une solution militaire ne résoudra pas le problème palestinien. Les accords d’Oslo, issus de la résolution 242 de l’ONU et ratifiés par Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, restent une alternative plausible. Le président Mahmoud Abbas et le Fatah reconnaissent et œuvrent vers ces accords.

La théocratie iranienne, coincée entre traditions médiévales et modernité, a constamment eu recours à des conflits extérieurs et au terrorisme pour masquer sa répression interne. Il a dès le début annoncé que la route vers Jérusalem passait par Karbala en Irak, donnant naissance au Hamas, au Jihad islamique en Palestine et au Hezbollah au Liban. Le Hamas est, en fait, le prolongement du bras terroriste et bellicisme du régime iranien, tandis que les Gardiens de la Révolution sont déployés contre leur propre peuple.

Le Hamas est, en fait, le prolongement du bras terroriste et bellicisme du régime iranien.

Les colonies israéliennes ont effectivement nourri l’approche agressive de Téhéran. L’affaiblissement du Fatah et du président Abbas a créé un terrain propice à la confrontation. Khamenei (le Guide de la révolution islamique iranienne depuis 1989, N.D.L.R.) a souvent dit que si le terrorisme à l’étranger s’arrêtait, il devrait faire face à une rébellion interne. Profitant de la passivité de l’Europe et des États-Unis, Khamenei s’est engagé dans cette nouvelle crise, espérant échapper à sa chute inévitable et déplacer le conflit entre le peuple et le régime rétrograde vers la Palestine et Israël, le présentant comme une lutte entre musulmans et juifs.

L’exploitation de la cause palestinienne est une stratégie familière à la théocratie iranienne. Pourtant, le coût est payé par les civils de Gaza. Le leader suprême avait déjà averti des conséquences pour ceux qui normaliseraient leurs relations avec Israël.

Durant ses 43 années d’existence, pas un instant le régime de Téhéran n’a cessé d’être impliqué dans la guerre, le terrorisme ou à l’origine d’innombrables victimes. La guerre Iran Irak, avec plus d’un million de morts et 2 millions de blessés du seul côté iranien, le massacre de la population en Syrie, la mainmise sur l’Irak – avec son lot de voitures piégées, de milices meurtrières et de pillage en règle du pays et son cortège de centaines de milliers d’Irakiens déplacés –, sans oublier la guerre au Yémen, sont autant de preuves du bellicisme de la théocratie iranienne. En septembre 2023, le chef des médias étrangers en Iran a déclaré lors d’une interview télévisée que, pendant la guerre Iran Irak, « le 17 avril 1980, soudain l’Imam (Khomeiny) a déclaré ‘Ô peuple d’Irak, levez-vous, renversez Saddam ! Ô armée irakienne, allez faire un coup d’État contre Saddam !’ C’était cinq mois avant le déclenchement de la guerre. »

Un religieux du nom d’Issa Tabatabai, considéré comme le représentant de Khamenei au Liban, a révélé dans une interview à l’agence officielle IRNA, le 23 septembre, que Khomeiny lui avait personnellement ordonné de faire exploser la caserne des Marines américains à Beyrouth (en octobre 1983). La politique de terrorisme et d’agressivité n’a pas cessé après Khomeiny, avec des attaques allant de l’Arabie saoudite à l’Argentine.

Face à une résistance croissante, le régime iranien est sur la défensive, mais l’élan pour mettre fin à cette dictature est déjà en marche dans l’histoire.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Pas de Nouveau Front populaire sans les quartiers populaires
Tribune 13 juillet 2024

Pas de Nouveau Front populaire sans les quartiers populaires

Plusieurs dizaines de collectifs, de personnalités, d’artistes et de militants actifs dans les quartiers populaires interpellent le Nouveau Front populaire pour que des personnes de terrain soient en responsabilité, et puissent faire appliquer des politiques publiques en faveur de tous « les habitants modestes ».
Par Collectif
L’appel des 50 « jeunes leaders positifs » au courage politique contre l’extrême droite
Appel 3 juillet 2024

L’appel des 50 « jeunes leaders positifs » au courage politique contre l’extrême droite

Pour faire de la France de demain un pays plus juste et plus solidaire, où chacun trouve sa place sans distinction, ils et elles appellent politiques et citoyen.nes à barrer la route au RN.
Par Collectif
Stop au bashing de la France insoumise
Tribune 27 juin 2024

Stop au bashing de la France insoumise

Édouard Louis, Annie Ernaux, Michaël Löwy, Didier Eribon, Enzo Traverso et une centaine d’intellectuels demandent que cesse la campagne de dénigrement de LFI et de ses dirigeants, qui n’a d’autre but que de briser l’unité du Nouveau Front populaire.
Par Collectif
« Monsieur le Président, vous avez échoué… et vous allez devoir l’assumer »
Lettre 26 juin 2024

« Monsieur le Président, vous avez échoué… et vous allez devoir l’assumer »

Dans cette lettre ouverte, Maryse Souchard, universitaire, présente à Emmanuel Macron son sinistre bilan qui amène l’extrême droite aux portes du pouvoir. Dans une telle hypothèse, elle le somme de ne pas démissionner et d’assumer d’être le dernier rempart institutionnel.
Par Maryse Souchard