« Remettre de la démocratie dans le système alimentaire »

L’anthropologue Bénédicte Bonzi décrypte les dysfonctionnements de l’aide alimentaire en France et les violences qui en découlent pour les bénéficiaires. Elle défend le droit fondamental de toutes et tous à bien se nourrir.

Vanina Delmas  • 22 novembre 2023 abonné·es
« Remettre de la démocratie dans le système alimentaire »
Une maraude de la section de Clermont-Ferrand des Restos du cœur.
© ADRIEN FILLON / hans lucas / AFP

Bénédicte Bonzi s’est immergée pendant cinq ans, de 2017 à 2022, dans une antenne des Restos du cœur en Seine-Saint-Denis pour observer le fonctionnement et les défaillances de l’aide alimentaire en France. Dans son essai La France qui a faim (1), l’anthropologue dénonce l’essor d’un « marché de la faim » qui engendre des « violences alimentaires », au profit des plus riches et du système agro-industriel.

Quel était le but originel des Restos du cœur, lancés par Coluche en 1985 ?

Bénédicte Bonzi : Le message de Coluche était : « Ce n’est quand même pas normal que, dans le pays de la bouffe, il y en ait qui n’en aient pas assez ! » Au départ, il voulait dénoncer la surproduction de denrées stockées au niveau européen et appelait au partage. Aujourd’hui, ces stocks n’existent plus, mais il y a des surplus agricoles dont on ne sait que faire, et plus aucune protection pour les produits agricoles, complètement soumis aux lois du marché mondial. Il faut donc produire des choses spécifiques et peu chères pour l’aide alimentaire, ce qui ne permet ni de payer le prix juste aux paysans ni d’avoir une alimentation de qualité. Il y a eu un glissement qui a engendré un marché de la faim, et les pauvres sont

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
Manger à sa faim
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier