Milei, un as libertarien des réseaux sociaux à la tête de l’Argentine

Javier Milei est devenu le premier président argentin d’extrême droite depuis la fin de la dictature. Une victoire à la suite d’une ascension politique éclair, dans laquelle les médias ont joué un rôle clé.

Anaïs Richard  • 6 décembre 2023 abonné·es
Milei, un as libertarien des réseaux sociaux à la tête de l’Argentine
© Anaïs Richard

Le 16 novembre 2023, Córdoba, deuxième ville d’Argentine. Tronçonneuses et lions en peluche surplombent une foule s’époumonant sur l’esplanade Patio Olmos : « La caste a peur ! » Javier Milei, candidat de tous les espoirs pour certains, « loco » – « fou » – pour d’autres, se fait attendre. Emilio est en première ligne, pressé contre une barrière de sécurité par plus de 20 000 Argentins venus assister à ce dernier discours avant un scrutin historique. À seulement 12 ans, il confie fièrement avoir découvert le prochain chef d’État « sur Instagram ». Comme nombre d’adolescents présents ce soir-là, c’est lui qui a convaincu ses parents de voter La Libertad avanza. « Pour sa réussite future. »

Ennemi juré du kirchnérisme (1) qui a régi le pays la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes