Maintien de l’ordre : de nouveaux lance-grenades de 40 mm

Un nouvel appel d’offres vient d’être publié pour des lance-grenades de 40 mm. Ce alors que le gouvernement vient déjà de passer sa plus grande commande de grenades de maintien de l’ordre, pour 78 millions d’euros.

Maxime Sirvins  • 11 décembre 2023
Partager :
Maintien de l’ordre : de nouveaux lance-grenades de 40 mm
Un des documents du dossier de consultation des entreprises, concernant le format des grenades de ce nouveau lanceur.
© DR

C’est une nouvelle arme, encore jamais utilisée, qui s’apprête à rentrer dans l’arsenal des forces de l’ordre. Publié le 9 décembre 2023, le nouvel appel d’offre pour l’« acquisition de lance-grenades de calibre 40 x 46 et ses accessoires au profit des forces de la sécurité intérieure », parle de lui-même. Il est évalué à 5,3 millions d’euros. D’après le dossier de consultation des entreprises – élément clé des appels d’offres –, le ministère de l’Intérieur prévoit un nombre estimatif de 800 lanceurs. Un nombre qui pourra monter à 3 000 pièces au maximum, soit presque quatre fois plus (cher). Les entreprises ont jusqu’au 16 janvier 2024 pour envoyer leurs offres.

En plus du Cougar 56, permettant de tirer une seule grenade, et des lanceurs multicoups tirant jusqu’à six grenades de 40 mm, les forces de l’ordre seront donc bientôt équipées d’un lanceur de 40 mm à double canon. Il s’agit du même calibre que les LBD. Comme les lances-grenades actuels, l’arme sera équipée d’une crosse inclinée pour « interdire » les tirs horizontaux.

Le 29 juillet 2023, un projet d’achat avait déjà été publié sur la plateforme APProch, « le portail permettant aux entreprises d’identifier les projets d’achats des services de l’État ». La page du projet d’achat était vite devenue vierge. Après relance, APProch nous avait indiqué que « suite à la vérification avec l’acheteur – le ministère de l’Intérieur, N.D.L.R –, nous vous informons que la publication du projet a été retirée de la plateforme APProch ‘Projet secret défense’. »

« LGBT » pour « lance-grenades bi-tubes »

Contrairement aux multicoups actuels qui disposent d’un barillet, ce nouveau modèle disposera de deux canons à la place. Depuis plusieurs années, les CRS qui utilisent les lanceurs six coups à barillets se plaignent de dysfonctionnements à répétition tels que l’enrayement régulier de l’arme. Testé depuis plus d’un an, ce nouveau type de lanceurs à double canon était surnommé, à ses débuts, « LGBT » pour « lance-grenades bi-tubes ». D’après l’appel d’offres, il sera accompagné de gilets permettant « d’emporter et d’utiliser rapidement une dotation de 20 grenades complètes ».

Lance-grenades double canon
Capture d’écran du site de l’appel d’offre. (DR.)

Le dernier marché pour des lance-grenades date de novembre 2019, ou le ministère de l’Intérieur avait acheté 1 280 LBD et 180 lanceurs à six coups pour 2,4 millions d’euros. C’est l’entreprise française Rivolier qui avait alors remporté le lot de multicoups, importés des États-Unis. Dernièrement, l’importateur vient de signer un contrat de 12 millions d’euros pour des grenades assourdissantes.

Sur le même sujet : Maintien de l’ordre : la France s’offre plus de 78 millions d’euros de grenades

Ce dernier contrat fait partie d’un achat de 78 millions d’euros de grenades de maintien de l’ordre par le ministère que Politis dévoilait en exclusivité il y a un mois. Un concurrent et fabricant, Alsetex, a, lui, signé pour près de 5 millions de grenades assourdissantes de calibre 40 mm. Ces grenades, encore jamais utilisées, seront utilisables avec ces nouveaux lanceurs.

Des achats massifs pour le maintien de l’ordre

Toujours dans le dossier de consultation des entreprises, les spécifications techniques montrent que le lanceur doit pouvoir être utilisé avec d’autres grenades encore jamais utilisées. Il s’agit de modèles de grenades libérant deux fois plus de gaz lacrymogène que les actuelles de 40 mm.

Ces dernières années, les commandes de matériel de maintien de l’ordre ont explosé. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, ce sont environ 380 millions d’euros qui ont été dépensés, en comptant les commandes en cours, comme celle du lance-grenades à double canon. Dans ces achats, on retrouve des armes, mais aussi les blindés de la gendarmerie Centaure, des fourgons aménagés pour le maintien de l’ordre et avec d’autres équipements. En mai 2023, une commande pour des boucliers et casques a également été lancée pour 40 millions d’euros.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Crise agricole : le « deux poids deux mesures » assumé du gouvernement
Analyse 26 janvier 2024

Crise agricole : le « deux poids deux mesures » assumé du gouvernement

Le gouvernement, Gérald Darmanin en tête, se montre indulgent envers les agriculteurs en colère. Cette approche met en lumière une réelle partialité, suscitant des questions sur l’équité dans le traitement des différentes expressions de mécontentement social.
Par Maxime Sirvins
A69 : au procès des « écureuils », défenseurs des arbres centenaires
Luttes 18 janvier 2024

A69 : au procès des « écureuils », défenseurs des arbres centenaires

Quatre opposant·es au projet d’autoroute A69 entre Toulouse et Castres étaient jugé·es le 17 janvier pour s’être enchaîné·es à des machines d’abattage en mars dernier.
Par Vanina Delmas
Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés
Violences 12 janvier 2024

Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés

Le commissaire Rabah Souchi comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon les 11 et 12 janvier. Il lui est reproché d’avoir ordonné à Nice, en 2019, une charge policière ayant causé de graves blessures à la manifestante Geneviève Legay.
Par Oriane Mollaret