Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

TRIBUNE. À l’initiative d’Urgence Palestine, plus de 500 personnalités, militant.e.s, et collectifs féministes dénoncent l’instrumentalisation de leur lutte par le collectif « Nous vivrons » et assurent que « la libération de la Palestine est une cause féministe ».

Collectif  • 28 mars 2024
Partager :
Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !
Une manifestation pour exiger un cessez-le-feu immédiat à Gaza, place de la République à Paris, le 11 novembre 2023.
© Dimitar DILKOFF / AFP

Depuis le 8 mars, la presse et le gouvernement accusent le mouvement féministe et les militant-es pro-Palestine à Paris et à Bordeaux d’antisémitisme pour avoir refusé la présence du collectif pro-Israël « Nous vivrons » dans la manifestation annuelle pour les droits des femmes. Nous écrivons ce texte pour réaffirmer notre refus d’une instrumentalisation du féminisme pour laver les crimes d’un État colonial. Nous le disons, une fois de plus : soutenir le génocide en cours à Gaza n’a rien de féministe.

Non, la présence du collectif « Nous vivrons » n’a pas posé problème parce que ce serait un collectif composé de femmes juives. En réalité, comme l’avait déjà montré la manifestation du 25 novembre, ce groupe ne se rend dans nos manifestations que pour orchestrer des provocations politiques, en mettant au cœur de son discours la dénonciation mensongère et virulente de féministes « complices des terroristes ». Alors qu’une grande partie du mouvement féministe exprime d’une façon de plus en plus forte son soutien au peuple palestinien, il s’agit de diviser et de décrédibiliser, avec l’aide de médias complaisants, toute opposition au génocide à Gaza.

Sur le même sujet : Lula et Gaza : génocide, le mot pour le dire

La composition politique du groupe « Nous vivrons » qui compte en son sein des membres de Renaissance, des Républicains ou encore du Printemps républicain, en dit long sur ce que recouvre le « féminisme universaliste » dont il se réclame. Depuis le 7 octobre, ce collectif sioniste est à l’origine de provocations contre les associations et organisations politiques de gauche, de menaces, d’insultes et de calomnies à l’égard des militant-es pro-Palestine.

Mêmes méthodes à la manifestation du 8 mars : un service d’ordre exclusivement masculin portant des masques et des gants coqués a menacé, insulté et agressé des femmes à la manifestation du 8 mars. Plusieurs personnes ont fini aux urgences. C’est cette intrusion choquante et violente digne des méthodes d’extrême-droite qui aurait dû faire les titres de la presse nationale. Mais la gravité de cette attaque est éclipsée par un récit mensonger, servant de prétexte pour les offensives contre le militantisme en faveur de la Palestine, dans un contexte politique où l’État tente d’assimiler les positions antisionistes à de l’antisémitisme.

Accepter la récupération du féminisme par des forces réactionnaires c’est trahir et liquider son héritage politique.

La réalité de ce qui se passe à Gaza est impossible à ignorer. Près de 40 000 morts, des dizaines de milliers de femmes enceintes obligées d’accoucher dans des tentes, une famine utilisée comme tactique militaire, des personnes affamées massacrées par l’armée coloniale lors de distributions de nourriture, des maladies infectieuses qui se propagent à échelle inédite et menacent les vies de toute la population qui ne peut plus se soigner faute d’un système de santé totalement détruit. Face à cette situation, qui peut s’étonner que des militantes refusent de marcher aux côtés du collectif « Nous vivrons » qui, entre autres, minimise le nombre de morts à Gaza sur les réseaux sociaux et scande dans la manifestation parisienne « Israël vivra, Israël vaincra ! ».

Sur le même sujet : Gaza : l’enfance sacrifiée

Le féminisme est une lutte pour l’émancipation de toutes les femmes, mais c’est aussi un combat acharné contre toute forme d’oppression. Ces dernières années des États et des forces réactionnaires tentent de couvrir leurs projets politiques racistes et islamophobes d’un vernis féministe, tout en faisant la chasse aux « wokistes » et aux « intersectionnels », c’est-à-dire à la nouvelle génération des jeunes féministes antiracistes. Accepter la récupération du féminisme par des forces réactionnaires c’est trahir et liquider son héritage politique.

Alors que des centaines de milliers de femmes manifestent dans le monde entier pour la Palestine, alors que des personnes LGBT lèvent le drapeau palestinien aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Maroc, en Argentine et en France, nous réaffirmons que oui, la libération de la Palestine est une cause féministe.


Premiers signataires

  • Amal Bentounsi, Urgence notre police assassine
  • Kaoutar Harchi, sociologue et écrivaine
  • Assa Traore, Comité Vérité et Justice pour Adama
  • Sarah Schulman, écrivaine, militante historique d’Act Up New York et de Lesbian Avengers
  • Leila Shahid, ancienne déléguée générale de l’Autorité palestinienne en France
  • Mariam Abu Daqqa, militante féministe palestinienne
  • Annie Ernaux, écrivaine
  • Silvia Federici, professeure, écrivaine, militante feministe
  • Aurore Koechlin, sociologue, militante feministe
  • Fatima Ouassak, politologue et militante écologiste, antiraciste et féministe
  • Sarra Grira, journaliste
  • Louisa Yousfi, autrice
  • Mireille Fanon-Mendès France, présidente de la Fondation Frantz Fanon
  • Lena Ben Ahmed, militante féministe et antiraciste
  • Monira Moon, militante politique
  • Emma Clit, autrice
  • Pascale Martin (LFI)
  • Racha Belmehdi, autrice
  • Virginie Despentes, écrivaine, militante féministe
  • Tal Madesta, journaliste et auteur
  • Philippe Poutou (NPA)
  • Palestinian Feminist Collective
  • Lallab
  • Pride des Banlieues
  • Coordination féministe
  • Assemblée Féministe Paris Banlieues
  • Kessem, juives décoloniales
  • #NousToutes
  • Tsedek! – Collectif Juif Décolonial
  • Union Juive Française pour la Paix
  • Urgence Palestine
  • Nouveau Parti Anticapitaliste
  • Révolution Permanente
  • Confédération Nationale du Travail
  • Reporters Solidaires
  • Union communiste libertaire

L’intégralité des signataires est à retrouver ici.

Si vous voulez également signer cette tribune ouverte, vous pouvez vous rendre sur ce lien.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 
Appel 12 avril 2024

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 

TRIBUNE. La politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple Kanak, conduite par le gouvernement ne peut mener qu’à un immense gâchis, s’alarment dans cet appel 56 personnalités.
Par Collectif
3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole
Tribune 11 avril 2024

3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole

TRIBUNE. Radicalement opposés à cette ferme-usine, Victor Pailhac, Azelma Sigaux et Fiona Vanston, coordinateurs nationaux de la Révolution écologique pour le vivant (REV), estiment que son abandon devra initier la révolution végétale et éthique qui s’impose à notre humanité.
Par Victor Pailhac
Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !
Tribune 10 avril 2024

Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !

TRIBUNE. L’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi vers l’interdiction des PFAS, polluants éternels omniprésents dans la vie quotidienne. Trois élus écologistes, dont Marie Toussaint, appellent à son adoption au Sénat le 30 mai prochain et à une application du principe en Europe.
Par Anne Souyris
« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »
Tribune 9 avril 2024

« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »

Le risque est d’en présenter des contours parfaits, et ainsi, d’en affaiblir la portée, estiment deux sénatrices du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires et les co-secrétaires nationales des Jeunes Écologistes.
Par Mathilde Ollivier