À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?

Pierre Jacquemain  • 9 juillet 2024
Partager :
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Rassemblement de la gauche, place de la République, le 30 juin 2024, au soir du 1er tour des législatives anticipées.
© Maxime Sirvins

Ça n’est pas assez dit, ou sans doute pas assez franchement. Alors osons-le, affirmons-le : la gauche et les écologistes ont sauvé, une fois encore, la France de l’extrême droite.  C’est bien la mobilisation de leur électorat qui a permis de mettre en échec le « plan Matignon » imaginé par Jordan Bardella, qui espérait obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale. Plus de 70 % des électeurs de gauche n’ont pas hésité à mettre un bulletin de droite, macroniste compris, dans l’urne. Le bloc central n’est pas en reste, mais dans une bien moindre mesure.

La défaite du Rassemblement national et des amis d’Éric Ciotti aurait pu être plus large si certains centristes, macronistes et républicains n’avaient pas tergiversé et sombré dans un irresponsable « ni-ni », ni LFI ni RN. Car seuls 43 % des électeurs d’Ensemble ont voté pour LFI et 54 % pour les autres candidats du Nouveau Front populaire. Le maintien dans de nombreuses circonscriptions de leur candidat arrivé en troisième position a permis de faire élire des députés RN. Une tache indélébile.

Sur le même sujet : Devant l’effritement macroniste et l’échec de l’extrême droite, la gauche se voit gouverner

Il y a trois leçons à retenir du scrutin du 7 juillet. D’abord, l’immense majorité des électeurs ont mis en échec la volonté de l’extrême droite de prendre le pouvoir, même si – et ça n’est pas un fait anodin – elle double presque le nombre de ses députés. Ensuite, à trois reprises – aux européennes puis aux deux tours des élections législatives –, les Français ont rejeté massivement le projet macroniste et condamné son bilan. Enfin, la gauche est arrivée en tête avec près de 200 députés. Alors il est tentant d’imaginer la nouvelle coalition du Nouveau Front populaire prendre ses responsabilités et gouverner la France.

Les Français ont souhaité redonner du pouvoir au Parlement.

Ça devrait même être la suite logique, fidèle aux traditions de la Ve République, c’est-à-dire de se doter d’un chef de gouvernement issu de la première force siégeant à l’Assemblée nationale. Mais pour faire quoi ? Et avec qui ? Nous serions au Parlement européen, où la culture du consensus est privilégiée, la gauche serait reine du pétrole pour obtenir des majorités de projets : sur les salaires, la fiscalité, les engagements écologiques ou démocratiques.

Prise de risque

Mais le régime semi-présidentiel empêche ce consensus. En se mobilisant massivement – 66,7 % des Français –, sans doute parce que l’élection législative s’est retrouvée déconnectée de la présidentielle, les Français ont souhaité redonner du pouvoir au Parlement. C’est une bonne nouvelle. Encore faut-il
que la force principale parvienne à dégager des majorités d’idées ou de projets. Et s’agissant du programme du NFP, si l’on pense aux principales mesures – l’augmentation du Smic, la réforme fiscale ou le retour de l’ISF –, aussi nécessaires soient-elles, ça semble bien compliqué. Sauf à ce que les macronistes s’engagent à ne jamais censurer un gouvernement de gauche et à la laisser gouverner.

Sur le même sujet : « On est peut-être à l’aube d’une révision constitutionnelle majeure »

Une hypothèse qui paraît peu probable. Pourquoi, dans cette perspective où la gauche gouvernerait sans capacité d’agir et avec la menace permanente d’une censure qui la ferait tomber, prendrait-elle ce risque ? Le risque de décevoir à nouveau, nourrir le ressentiment, et favoriser l’extrême droite. Et dans le même temps, si elle ne prenait pas ce risque, on lui reprocherait son irresponsabilité : celle de ne pas tout faire pour améliorer la vie des gens et donc de se battre pour prendre le pouvoir.

Sur le même sujet : La constituante :  un défi politique, une nécessité démocratique

L’équation est aussi pénible qu’insoluble. Le plus probable, c’est qu’une année durant la France sera ingouvernable, jusqu’à une prochaine dissolution. Les prochaines législatives doivent se préparer dès maintenant. Pourquoi la gauche ne profiterait pas de cette année pour lancer un processus constituant et permettre aux Français de changer les règles du jeu institutionnel ? Et dans le même temps, labourer le terrain, tous les terrains, ceux des campagnes, des bourgs et des villes, pour convaincre les électeurs de plus en plus nombreux de Marine Le Pen qu’ils se trompent. Qu’elle les trompe. Parce qu’à moyen et long terme, c’est sans doute le grand chantier de la gauche : reconquérir l’électorat perdu.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc
La République, c’est le barrage
Parti pris 2 juillet 2024

La République, c’est le barrage

Depuis la dissolution, l’ennemi médiatique et politique était LFI, voire le Nouveau Front populaire, pendant que l’extrême droite était épargnée. Il était temps que le sursaut intervienne. La République, ce sont celles et ceux qui, par-delà les désaccords politiques font barrage à l’extrême droite.
Par Pierre Jacquemain