blog /

Publié le 4 septembre 2013
Photographie : la Syrie, outre-tombe

Photographie : la Syrie, outre-tombe

Parmi la vingtaine d’expositions présentées à Visa pour l’image, le festival propose trois reportages consacrés à la Syrie. Brut et sans concession.

Bustan al-Bacha, Bustan al-Qasr, Salah al-Din, Al-Amria, Cheikh Saïd, et le quartier de la vieille ville. Ce sont les six fronts d’Alep, ou ce qu’il en reste, là où les destructions se sont additionnées, des fronts parcourus, arpentés par Jérôme Sessini (en 2012), où rebelles et soldats syriens se jaugent, s’observent, parfois s’insultent, à travers les ruines, et se tirent dessus. Sessini cadre d’abord un paysage urbain fait de gravas et d’éboulis.

Des rues désertes, abandonnées, des barricades, quelques silhouettes, quelques ombres furtives, un combattant évacuant un frère d’armes. Et toujours, dans cette guerre d’usure et de position, des immeubles, des bâtiments qui pourrissent sur place. Au diapason d’un pourrissement de la situation, visé par le régime. Quand le photographe se rapproche, il fixe les blessures d’un combattant touché par un sniper à la botte du régime, les intérieurs éventrés par les obus, tapissés de trous, telle une meurtrière, servant de nouveau point d’observation. Si la ville assiégée s’est vidée de ses habitants, on perçoit l’urgence dans les intérieurs de ces appartements habillés de mobiliers, ornés de tableaux, où pendent encore les rideaux. Que sont devenus tous ces locataires ?, semble s’interroger le photographe…

Ligne de front dans la vieille ville, Alep, 18 février 2013. Des combattants de l'Armée syrienne libre utilisent des miroirs pour repérer les snipers de l'armée régulières. - Jérôme Sessini
Ligne de front, quartier d'Arkoub, 19 octobre 2012. Des combattants de l'ASL surveillent une position sous contrôle de l'armée syrienne. - Jérôme Sessini

Circulant entre Damas et Alep, de l’été 2012 à janvier 2013, dans le camps des rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), Goran Tomasevic a été le témoin de l’escalade de la violence, chassant des millions de personnes, en tuant plusieurs milliers. Dans la proximité des petites et grandes batailles, se succèdent des combattants priant devant la tombe endommagée par un mortier tiré par les forces gouvernementales, dans un faubourg de Damas ; un soldat de l’ASL dans sa pause thé ; un autre touché à l’épaule, hurlant sa douleur ; les restes d’un char ; la traque des snipers ; d’autres soldats encore charriant des corps anonymes sur leur dos…

Un homme devant un immeuble désaffecté en feu après une frappe aérienne de l'armée sytienne dans le quartier Ain Tarma de Damas. Autrefois pleines de vie, ces banlieues sont aujourd'hui désertées : seuls les combattants sont restés. Des mois de combats, de pilonnages et parfois de frappes aériennes ont laissé dans leur sillage des rues jonchées de gravats et des immeubles en ruine où s'engouffrent les vents d'hiver. 27 janvier 2013. - Goran Tomasevic
Cri de douleur d'Abu Hamza, de la brigade Tahrir al Sham de l'Armée syrienne libre, quelques instants après avoir été touché à l'épaule lors d'affrontements violents à Mleha, près de Damas. J'ai rarement été aussi près des combats : échanges de tirs à la kalachnikov et lancées de grenades entre des militaires et des rebelles qui n'étaient qu'à quelques mètres les uns des autres, parfois dans des pièces voisines. 26 janvier 2013. - Goran Tomasevic

S’il a commencé par couvrir la révolution syrienne à Idleb, puis tout du long de la frontière avec le Liban, Sebastiano Tomada propose un autre regard sur Alep : dans un centre de soins éphémère, une toile de tente dressée rapidement, dans les murs d’une clinique privée, naguère propriété d’un homme d’affaires lié à Bachar al-Assad, transformée en hôpital de campagne. De septembre 2012 à mars 2013, une position qui permet de rendre compte de l’état des corps, d’illustrer les difficultés d’accès aux soins, la situation précaire des structures d’aide. D’autant que les centres médicaux sont la cible privilégiée des forces du régime.

Au milieu des médecins et des infirmières, tous bénévoles, unis par leur opposition au pouvoir en place, déboule le tout-venant de la guerre. Des mômes, des familles, des membres de l’ASL, soignés au débotté, dans le sauve-qui-peut, faute de bras et de matériels. Certains d’entre eux seront transférés en Turquie, pour des soins médicaux vitaux. Le reportage de Tomada est dedans. À l’intérieur du conflit, à l’intérieur des déflagrations, au plus près des éclats d’obus, des chairs éclatées. Et depuis, le conflit n’a cessé d’empirer.

Un combattant de l'Armée syrienne libre tenant la main d'un camarade blessé, à l'hôpital de Dar al-Shifa. Alep, 1er octobre 2012. - Sebastiano Tomada
Un enfant blessé en attente de soins dans un des derniers hôpitaux encore debout d'Alep. Les centres médicaux qui soignent les blessés dans les quartiers tenus par les rebelles semblent être la cible privilégiée des militaires, ce qui oblige les médecins à travailler dans un réseau clandestin de cliniques et de petits hôpitaux de campagne. 3 octobre 2012. - Sebastiano Tomada


Visa pour l’image, Perpignan, jusqu’au 15 septembre (20 septembre pour les groupes scolaires).

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.