Lu

Cynique en diable, Alain Minc, qui ne cache pas son « souhait » de voir Nicolas Sarkozy « réélu » , dit « chapeau bas aux syndicats ! » « Au printemps, explique-t-il dans le Parisien (27 décembre), leur sens de l’intérêt général a été impressionnant pour canaliser le mécontentement. L’automne a été d’un calme absolu. […] Ils ont cogéré cette crise avec l’État. » Le conseiller des grands patrons déplore en revanche que « le patronat, en tant qu’acteur social, [ait] été aux abonnés absents » . Et lâche : «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.