Lu

Interrogé par le Monde en tant que chargé de mission du Quartet au Proche-Orient, et plus particulièrement sur le sort de Gaza, Tony Blair a eu cette réponse : « J’y travaille. » Mais cela ne va pas jusqu’à nouer un contact officiel avec le Hamas. En juin dernier, il répondait à la Croix : « Si le Hamas avait voulu la levée de ce blocus, il aurait pu relâcher le soldat israélien Gilad Shalit, qu’il détient. Il aurait pu se réconcilier avec le Fatah et prendre part au processus de paix. » Si le Hamas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.