Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Comment rassurer… sans rien changer ?

La classe politique française, largement pronucléaire, essaye par tous les moyens d’éluder la véritable question : celle d’une sortie progressive du nucléaire.

Imaginons un instant qu’après un grave accident d’avion certains responsables politiques se mettent à s’interroger sur la sécurité aérienne. Personne ne les accuserait alors d’ « instrumentaliser » la catastrophe. C’est pourtant ce qu’a fait une bonne partie de la classe politique française lorsque les écologistes ou les militants antinucléaires ont demandé que l’on réfléchisse à la fin de cette dangereuse industrie de l’atome, alors que les bâtiments des réacteurs de Fukushima explosaient l’un après…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.