Édouard, arrive ici…

Édouard, arrive ici, il faut que je te parle deux minutes. Tu es blafard ! Je sais que tu déambules à présent dans ta vie comme une putain dans une ville sans trottoirs, malheureux comme une voiture au fond d’un ravin. Tu me fais penser à un vieux chef de gare qui regarderait passer les trains en rêvant de les voir dérailler. Dans le Tout-Paris, c’est ta belle réputation qui dégringole, ta stature d’homme d’État qui s’écroule, ton image de romantique qui vole en éclats. Et Scarface qui se débine, se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.