Fourest, procureure insignifiante

Alors que la matinale de France Inter s’est installée à Tunis, ce 13 janvier, et que Patrick Cohen reçoit au micro Moncef Marzouki, le président de la République tunisienne, Caroline Fourest, restée à l’abri dans les studios parisiens, transforme sa chronique en réquisitoire contre celui-ci. À ses yeux, Marzouki concentre tous les maux : ultranationaliste, démagogue, xénophobe, antidémocrate, tout y passe, et bien entendu, le pire à ses yeux, faux laïc et allié objectif des islamistes. C’est à peine si…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.