Russie : prudences françaises

En d’autres temps, Nicolas Sarkozy aurait, le premier, félicité chaleureusement Vladimir Poutine pour son élection. En campagne électorale, et alors que la Russie continue de soutenir le régime syrien occupé à massacrer son peuple, la prudence est de mise. Lundi, la France s’est contentée de « prendre note des résultats provisoires de l’élection présidentielle russe indiquant une nette victoire de M. Vladimir Poutine dès le premier tour » . En attendant, dit-on à Paris, le rapport des observateurs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.