La voix des patrons

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« Il est normal que des gens puissent s’enrichir beaucoup s’ils ont pris le risque de créer une entreprise, s’ils ont eu une super bonne idée, s’ils ont su la faire fructifier et s’ils ont créé des emplois. » Quel représentant du patronat s’exprime ainsi ? Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME et… à l’innovation. Et pour innover, cette jeune pousse innove : officiellement, elle est socialiste, mais déplore dans le même entretien au Parisien (14 octobre) que subsiste dans notre pays « un petit problème avec l’argent peut-être lié à la culture judéo-chrétienne » et « sans doute aussi un problème avec la réussite ». D’ailleurs, elle « ne croit pas à la lutte des classes », « dans les PME », précise-t-elle. Tous les patrons qu’elle y rencontre « sont en osmose avec leurs salariés » … Raisons pour lesquelles Mme Pellerin protège ces si gentils « pigeons » de la rapacité du fisc.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.