Et maintenant, parlons d’amour

Aujourd’hui encore, c’est le couple homosexuel qui est renié et banni à longueur de cortèges ; et c’est mon couple qui a tremblé sous le doigt de deux petits vieux.

La personne que j’aime a peur que je lui donne la main dans la rue. Ou plutôt : la personne que j’aime a peur de ceux qui n’aiment pas quand deux garçons ou deux filles se tiennent par la main. Et qui tapent, parfois très fort. Le résultat est le même : quand on nous voit passer (nous ne faisons que passer), l’homme que j’aime pourrait être mon frère, mon cousin, mon meilleur ami, un pote, mais surtout pas la personne avec qui j’ai envie de partager ma vie. La société ne doit pas être au courant. Elle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents