L’Hôtel-Dieu assassiné

La désorganisation des soins et des examens met en danger les personnes séropositives. Un de nos amis est déjà mort d’une mauvaise prise en charge.

L’Hôtel-Dieu était un hôpital exemplaire. Premier service de soins palliatifs en France ; un service d’ophtalmologie de pointe récemment modernisé ; un service d’urgences rénové il y a moins de quatre ans pour 5 millions d’euros, qui assure notamment la délivrance de traitements d’urgence post-exposition (TPE) en cas de risque de VIH. La volonté politique – destructrice et criminelle – de la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), de Jean-Marie Le Guen, député de la neuvième…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.