Islamophiles et islamophiles…

Claude Askolovitch n’était guère connu jusqu’ici pour sa compassion pour les musulmans.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Deux livres consacrés à l’islamophobie sortent ces jours-ci. L’un est
l’œuvre d’Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed (écoutez bien les noms), deux sociologues qui publient Islamophobie aux éditions La Découverte. L’autre, Nos Amis mal-aimés , est signé Claude Askolovitch (Grasset). Celui-ci est l’invité de tous les médias audiovisuels, alors que les deux sociologues sont superbement ignorés.

Simple hypothèse : Askolovitch, dont on ne mettra pas en cause ici la sincérité, n’était guère connu jusqu’ici pour sa compassion pour les musulmans. Apparemment, la surprise de son nouveau positionnement intéresse plus les médias que le fond du sujet.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.