Quand le Front de gauche se fait label…

Qui de Danielle Simonnet ou Ian Brossat aura le droit d'utiliser le logo ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le logo du Front de gauche apparaîtra-t-il à côté de la photo de Danielle Simonnet, tête de liste Parti de gauche (PG) à Paris ? Ou accolé au nom de Ian Brossat, chef de file du PCF, qui fera liste commune avec la socialiste Anne Hidalgo ? La guerre du nom fait rage au sein du Front de gauche de la capitale, qui se déchire à l’approche des municipales… D’un côté, le PG de Jean-Luc Mélenchon, qui a déposé le « label » à l’INPI en 2009, estime que la raison d’être du Front de gauche est l’autonomie vis-à-vis du PS, un engagement contenu dans le texte d’orientation stratégique du Front de gauche adopté en janvier dernier, notamment par le PCF. De l’autre côté, le PCF de Pierre Laurent rappelle que, selon un accord « plus ou moins tacite », l’étiquette Front de gauche ne vaut que si rassemblement il y a. La politique, c’est un peu comme le divorce : quand on se sépare, on ne peut pas couper les enfants en deux…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.