Europe : le marché l’emporte sur la santé

Les députés ont nettement relevé les quotas d’achat de tabac par des particuliers dans les autres pays européens.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Bonne nouvelle pour les fumeurs, mais défaite de la politique de santé publique : les députés ont nettement relevé les quotas d’achat de tabac par des particuliers dans les autres pays européens. Auparavant, ces achats étaient limités dans le code général des impôts à cinq cartouches par véhicule individuel. Désormais, la détention de dix cartouches, deux kilos de tabac à fumer ou mille cigares par individu est présumée destinée à une consommation personnelle. Ce relèvement fait suite à une condamnation de la France par la Cour européenne de justice, le 14 mars dernier, exigeant une révision de notre législation. Dans l’Europe actuelle, la libre circulation des marchandises prime tout. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a beau déclarer « regretter » une décision qui « va à l’encontre de la santé publique », le gouvernement n’a pu faire autrement que de s’y conformer. Au risque de favoriser le développement d’un marché parallèle qui représente déjà, selon une étude du cabinet KPMG, 22,6 % des ventes de tabac dans l’Hexagone.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.