Réforme pénale

Christiane Taubira a entamé son marathon pour conduire sa réforme.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Christiane Taubira a entamé son marathon pour conduire sa réforme pénale, avec une première audition le mardi 27 mai devant la commission des lois de l’Assemblée nationale. Un projet qui repose sur trois points : développer l’aide aux victimes ; lutter contre la récidive, en évitant les sorties sèches et en favorisant le suivi des condamnés ; et individualiser les peines, en passant notamment par la « contrainte pénale », soit une alternative à l’incarcération pour les peines allant jusqu’à 5 ans de prison. « Il ne s’agit pas de supprimer la prison, a déclaré Christiane Taubira, mais de sortir de la démagogie. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.