Nicolas Sarkozy en garde à vue

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La situation est inédite : un ancien président de la République en garde à vue. Depuis ce matin, en effet, Nicolas Sarkozy est entendu dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre. Il y a rejoint deux magistrats de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, ainsi que son avocat, Thierry Herzog, convoqués hier au même endroit et pour la même raison : l’information judiciaire ouverte le 26 février dernier pour trafic d’influence et violation du secret d’instruction.

Nicolas Sarkozy est en effet soupçonné d’avoir cherché à obtenir, par l’intermédiaire de son conseil, des renseignements sur une décision que devait rendre la Cour de cassation dans la procédure Bettencourt. En échange de quoi, une récompense aurait été promise à Gilbert Azibert, magistrat de la Cour de cassation.


Photo: Des policiers gardent l'entrée des locaux de la police judiciaire de Nanterre, où Nicolas Sarkozy est en garde à vue (DOMINIQUE FAGET / AFP).

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.