Travail de nuit

Monoprix a été condamné à verser 3 000 euros à la CGT.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Cour de cassation a confirmé le 8 juillet une décision de la cour d’appel de Versailles de 2013, qui avait jugé invalide un accord sur le travail de nuit dans les magasins Monoprix (groupe Casino). Un travail de nuit auquel s’était opposée la CGT du commerce et de l’industrie, dénonçant « une atteinte au code du travail » qui permettait à l’enseigne d’ouvrir jusqu’à 22 heures. Or, la loi stipule que le recours au travail entre 21 heures et 6 heures est un principe exceptionnel qui doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique. Monoprix a été condamné à verser 3 000 euros à la CGT.


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.