Une bonne petite soldate

La candidate du FN dans le Doubs n’avait pas hésité à justifier, en 1996, « les propos de Jean-Marie Le Pen sur l’évidente inégalité des races ».

Loin de l’image proprette qu’elle veut donner, Sophie Montel, la candidate du FN dans le Doubs, n’avait pas hésité à justifier, en 1996, pendant le conseil municipal à Besançon, « les propos de Jean-Marie Le Pen sur l’évidente inégalité des races ». Assurant même qu’ils ne tombaient pas sous le coup de la loi. Pas de chance, deux ans plus tard, Le Pen était condamné à verser 10 000 francs de dommages et intérêts à l’UEJF. Aujourd’hui, loin de regretter d’avoir repris à son compte ces propos, elle « trouve…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.