Bruxelles ou l’Europe

Au-delà de l’économie grecque, c’est l’avenir de l’UE qui se joue dans le référendum du 5 juillet.

Les Grecs ne sont pas seuls. À Paris, mais aussi à Londres et dans plusieurs villes d’Europe, des rassemblements de soutien au gouvernement d’Athènes se sont tenus ou sont prévus d’ici au dimanche 5 juillet. Des appels et des pétitions circulent sur Internet, où des visuels montrant les principales figures des créanciers de la Grèce (Juncker, Lagarde, Draghi, Merkel…) barrées d’un grand « oxi » (« non » en grec) se partagent. « Manifester notre soutien au peuple grec, qui s’est clairement prononcé le 25…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.