Instant de grâce

En visite à Charleston, le président des États-Unis a entonné a cappella l’hymne chrétien « Amazing Grace ».

Barack Obama n’aura certainement pas changé le monde, ni tellement fait bouger l’Amérique. Mais il aura au moins été l’homme de quelques grands discours et symboles qui font croire fugitivement à une autre réalité. Après Chicago, le jour de son élection, et son adresse aux musulmans, au Caire, en juin 2009, voici le sermon de Charleston (Caroline du Sud). Venu rendre hommage à son ami le pasteur noir Clements Pinckney, tué le 17 juin avec huit autres fidèles par un suprématiste blanc, le président des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.