L’humanisme selon Orban

Les militaires hongrois pourront « faire usage d’armes coercitives » contre les réfugiés.

Le Parlement hongrois a adopté lundi, par 151 voix contre 12 et 27 abstentions, une loi qui autorise l’armée et la police, dans certaines conditions, à employer contre les migrants toute une batterie d’armes, « balles en caoutchouc, engins pyrotechniques, grenades lacrymogènes et fusils à filet ». Les militaires pourront de façon plus générale « faire usage d’armes coercitives destinées à causer des dommages physiques, mais d’une façon non létale », souligne le texte voulu par Viktor Orban. Causer des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.