Solférino : « Camba » a l’alliance laborieuse

Le premier secrétaire du PS a annoncé le lancement de « l’alliance populaire », le 14 avril.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Cette fois, la date serait la bonne. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a annoncé, le 25 mars sur Public Sénat, le lancement de « l’alliance populaire », le 14 avril. De quoi s’agit-il ? « L’alliance populaire, c’est un regroupement qui vise à dépasser le Parti socialiste », avec la volonté de « se tourner vers les citoyens, les associations citoyennes, les syndicalistes », a rappelé le taulier de Solférino. Le 15 décembre, le même avait promis le lancement de ce bidule, qui devait prendre la forme d’un appel, pour la mi-février. Las, l’inscription de la déchéance de la nationalité avait refroidi les ardeurs des personnalités susceptibles de parrainer le projet, d’où son report. Même Robert Hue avait refusé d’en être. Dans un courrier rendu public le 3 février, le président du Mouvement des progressistes, échaudé par l’« hégémonisme d’une brutalité inouïe » dont le PS avait fait preuve aux régionales, estimait que la démarche n’était pas de nature à construire le « rassemblement majoritaire des forces de gauche, de l’écologie et de la société civile qu’il convient de bâtir ». « Nous allons installer dans toute la France des collectifs de l’alliance populaire qui convergeront le 3 décembre dans une grande convention », promet néanmoins M. Cambadélis. Reste toujours à voir qui est prêt à se mouiller pour défendre le gouvernement quand même les militants socialistes renâclent. Il faudra plus que les maigres troupes de Jean-Vincent Placé et de Jean-Luc Bennahmias pour faire illusion.


Photo : FRANCOIS GUILLOT/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents