Allô… les RG ?

Désormais, les conversations entre un avocat et son client pourront être écoutées.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Désormais, les conversations entre un avocat et son client pourront être écoutées. C’est même la Cour européenne des droits de l’homme qui l’autorise. Jeudi dernier, la haute autorité a ainsi rendu un arrêt, qui fait jurisprudence, sur une vieille affaire d’écoutes autour de la crise de la vache folle. À l’époque, il y a quatorze ans, le juge d’instruction avait mis sur écoute le patron de Buffalo Grill pour savoir s’il avait enfreint l’embargo sur la viande britannique. Incidemment, les grandes oreilles de la maison poulaga avaient surpris une discussion entre le DG et son avocat, où celui-ci trahissait le secret professionnel et le code de procédure pénale en informant son client des questions qui lui seraient posées en garde à vue. La Cour a validé l’exploitation par la justice de ces enregistrements puisque c’est l’avocat – et non le client – qui s’est fait pincer. N’empêche. Si les juges de Strasbourg soulignent que « les droits de la défense du client [ne doivent pas être] altérés » et que les propos écoutés ne peuvent se retourner contre lui, on voit mal comment la police va pouvoir faire l’impasse sur les dires de seulement l’un des deux interlocuteurs… Non mais, allô, quoi !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.