Illégale, la loi travail

Elle pourrait contrevenir aux conventions de l'OIT.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est ce qu’a indiqué Philippe ­Martinez à Manuel Valls et à Myriam El Khomri lorsque ceux-ci l’ont reçu le 29 juin, après quatre mois de mouvement social. Se fondant sur une jurisprudence de 2012 concernant un projet de loi « très similaire » du gouvernement conservateur grec de l’époque, le dirigeant CGT a rappelé au gouvernement que l’Organisation internationale du travail (OIT) avait déclaré « contraire à ses conventions » le fait de favoriser l’accord d’entreprise par rapport aux niveaux supérieurs. Soit ce que prévoit l’article 2 de la loi travail.

Pour l’OIT, cela « peut conduire à déstabiliser globalement les mécanismes de négociation collective » et « constitue en ce sens un affaiblissement de la liberté syndicale ». Du coup, selon la CGT, la loi travail violerait aussi le pacte des Nations unies sur les droits économiques, sociaux et culturels…


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.