Sarkozy, c'est fini. Le sarkozysme, c'est moins sûr

En l'éliminant dès le premier tour de leur primaire, les électeurs de la droite ont forcé l'ancien chef de l’État à prendre sa retraite politique. Celle-ci ne marque toutefois pas la fin du sarkozysme.

C'est le principal événement de la soirée d'hier. Le président en titre de Les Républicains a sèchement été éliminé au premier tour de la primaire que son parti organisait. Une primaire dont il aurait bien voulu se passer mais à laquelle il n'a pu s'opposer et qu'il pensait toutefois pouvoir remporter comme il avait repris la présidence de l'UMP à l'automne 2014. Mais s'il s'était imposé aisément (64,5%) face à Bruno Le Maire et Hervé Mariton, il y a deux ans, il s'est effondré hier (20,6 %) face à des…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Assurance-chômage : la grande loterie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.