Nez rouge et vie en rose

Notre Voyage autour de nos chambres #59 vous propose de voir Les clowns piaffent en rose, l’une des vidéos réalisées par le Rire médecin pour apporter aux malades et surtout aux enfants hospitalisés la surprise d’un moment comique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pas facile, en ce moment, aux artistes du Rire médecin de venir distraire les patients alités dans les hôpitaux. Les portes sont closes ; les enfants comme les adultes sont privés de visites, qu’il s’agisse de farceurs ou de gens sérieux. Ils sont 106 clowns, dont 55 en région parisienne, qui composent le Rire médecin. Via Internet, certains sont parvenus à entrer dans les chambres, par écran interposé. Mais il faut l’accord de l’AP-HP, mettre en place le matériel, négocier le bon moment. Guillaume van’t Hoff est l’un des artistes qui parvient à jouer les passe-muraille. « C’est difficile, dit-il. Tout est ralenti. On peut jouer sur les effets d’apparition et de disparition. Mais les enfants ne comprennent pas quand l’on doit arrêter. On prolonge mais ils ne veulent pas admettre que cela se termine, alors que c’est pour eux évident lorsqu’on est physiquement dans la chambre et qu’on en arrive au moment du départ. »

« La Vie en rose »

Souvent interdits d’exercice pendant cette période, les clowns du Rire médecin ont renoncé à la présence directe et déplacé leur inventivité vers la création de vidéos. Sur leur chaîne Youtube, ils en offrent à présent 300, qui sont très suivies. L’un des artistes a eu l’idée de faire une chanson pastichant La Vie en rose, d’Edith Piaf : Les clowns piaffent en rose. Cela commence ainsi : « Une chauve-souris, un pangolin, un p’tit virus qui prend la place, et nous voilà tous dans la nasse, et tiens-toi bien… » Et les strophes suivantes naviguent entre le rire et l’émotion. Accord parfait entre le nez rouge du saltimbanque et les rêves roses de qui veut échapper enfin à la maladie et à la douleur. Le remodelage du tube a tellement plu aux membres du Rire médecin que 80 des 100 artistes créèrent leur version. On peut les voir sur Youtube ainsi que d’autres mini-films du groupe, nés d’autres idées. En voici une jouée à plusieurs, conçue dans un esprit collectif. Mais vous pouvez en regarder 79 autres !

Lire aussi > Christophe Alévêque dans une salle vide

Pour lire tous les articles de la série > #AutourDeNosChambres


Haut de page

Voir aussi

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Adieu « Che » Maradona

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.