Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 26 septembre 2012
Hadopi, l’autorité qui fait pschitttt !

Hadopi, l’autorité qui fait pschitttt !

Tout ça pour ça ! Deux ans et deux mois de mises en jambes, de pseudo-statistiques  encourageantes sur la baisse du téléchargement illégal, 11 millions d’euros de budget, fois deux, des millions d’avertissements envoyés pour faire trembler dans les chaumières connectées et, au final, le 13 septembre dernier, un pauvre quidam belfortais de 40 ans condamné à… 150 euros d’amende.

Même pas pour avoir téléchargé l’intégrale de Juliette Gréco ou de Madonna. Non, juste sur dénonciation de TMP – la boîte de Thierry Lhermitte qui empoche la rente du suivi à la trace IP des contrevenants – pour deux petites chansons de Rihanna récupérées par sa femme (lire le récit détaillé sur le blog de Korben). Le quidam est accusé de «   défaut de sécurisation de son accès Internet » , ou si vous préférez de « négligence caractérisée ».

Internet se gondole de rire, et tout le monde s’interroge. Tant d’effets de manche et de dépenses pour condamner un innocent à payer 1 000 balles :

1/ nous ridiculise aux yeux du monde, à qui Sarko voulait faire adopter sa solution miracle contre le piratage ;

2/ confirme que ladite solution n’a rien de miracle ;

3/ incite les partageux à continuer de partager : 150 euros ou une licence globale de 15 euros/mois, c’est kif-kif. La seule différence est que l’argent ne va aux artistes que dans le second cas ;

4/ tombe pile poil au moment où le comité-de-réflexion-sur-l’acte-II-de-l’exception-culturelle et les ministères discutent de l’avenir de l’Hadopi. Mais laisse songeur quant à l’équité d’une riposte graduée où l’amende remplacerait la coupure d’ADSL. N’oublions pas que la vocation de cet acte II est, entre autres, de remettre à plat l’Hadopi et de décider de la suite. Le comité l’affiche sur son site, il s’agit de « soutenir la création et la diversité à l’heure du numérique ».

Comment ? La boule de cristal que Lescure, l’ancien PDG de Canal +, a présentée aux médias cet été est embuée ? Un jour, il affirme qu’ «   il ne faut pas supprimer Hadopi  », puis il claironne que l’erreur a été «  de n’avoir fait qu’un outil gendarme  » pour finalement laisser entendre que «  tout est possible  » , y compris la légalisation de certains échanges, ce qui impliquerait de facto sa suppression.

On pourrait donc ajouter un cinquième point : cette condamnation laisse augurer du naufrage rapide d’une haute autorité dont les filets à grosses mailles (facturés à prix d’or) n’attrapent que du fretin et s’avèrent incapables d’endiguer la marée des téléchargements. Et ce n’est pas la fusion évoquée Hadopi/CSA/Arcep and Co qui va alléger le bateau, bien au contraire.Conclusion, il va bien falloir que le comité Lescure se décide à aborder le vrai sujet : la définition d’un nouveau droit d’auteur vraiment destiné à favoriser la distribution numérique et le financement de la création culturelle. Ce que réclament les anti-Hadopi et anti-Acta comme la Quadrature du Net, qui ont eu (temporairement) la peau de l’accord commercial anti-contrefaçon. Le gouvernement en place s’honorerait et marquerait l’histoire du XXIe siècle en ayant le courage politique d’engager enfin cette réforme profonde et en la propulsant au niveau européen. Chiche !


Addenda :

Le 25 septembre, La Quadrature du net, l'UFC Que Choisir et le Samup
(Syndicat des artistes, musiciens, chanteurs, danseurs et enseignants)
ont annoncé qu'ils boycottaient la Commission Lescure.

Pour tout savoir sur les raisons de cette décision
"Pourquoi nous ne participerons pas à la mission Lescure"

Illustration - Hadopi, l’autorité qui fait pschitttt !


-Le désopilant récit de Korben

-Le site de la mission Lescure

-Débat avec Lescure sur France Culture

-Les propositions de La Quadrature pour une réforme du droit d’auteur

Photo : Flickr / [Cyril Krylatov->http://www.flickr.com/photos/dondapo/3473242605/]

Haut de page

Voir aussi

Articles récents