Le choix du « troisième homme »

Michel Soudais  • 1 mars 2007 abonné·es

Chaque campagne présidentielle a désormais son « troisième homme ». On ne sait plus quand l'expression a été forgée, mais on se souvient qu'en 2002 c'est ainsi qu'était désigné Jean-Pierre Chevènement. Du moins plusieurs semaines avant le 21avril. Depuis, ce label a quelque peu perdu son sens propre. Il ne désigne plus le candidat arrivé derrière les deux finalistes. Si

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes