La droite au plus haut, la gauche au plus bas

Participation massive, reflux de l’extrême droite mais aussi de la gauche sont les principales clefs d’un scrutin où la droitisation conduit à une course au centre, dont la gauche antilibérale fait les frais.

Michel Soudais  • 26 avril 2007 abonné·es
La droite au plus haut, la gauche au plus bas

Les soirées électorales de premier tour sont des moments particuliers. Rien n'est vraiment joué, mais tout n'est déjà plus possible. Après des décennies de hausse de l'abstention, le très fort taux de participation enregistré dimanche est une première donnée. Avec 83,8 %, il flirte avec les records des présidentielles de 1965 et 1974. Et confirme l'intérêt des Français pour ce scrutin, que laissait déjà pressentir l'exceptionnel mouvement d'inscription sur les listes électorales fin 2006. Cet engouement, qui a souvent contraint les électeurs à faire la queue pour voter, tend à prouver que la politisation observée lors du référendum européen n'est pas retombée. La volonté d'effacer le 21 avril 2002, scrutin marqué par un taux

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes