La « voix de la France », c’est fini !

Mai 68 est le point de départ d’une exigence de pluralisme dans l’audiovisuel public et d’un début d’indépendance par rapport au pouvoir politique.

Le 21 septembre 1972, le président Pompidou déclare~: « L'ORTF, c'est la voix de la France~! » La phrase sera reprise des années durant par tous ceux qui contestent le contrôle exercé par le pouvoir politique sur l'audiovisuel public. Elle sonne une sorte de chant du cygne du monopole, dont le président gaulliste sait certainement déjà qu'il ne peut perdurer très longtemps. Aussi, le 21 mars 1973, institue-t-il un Haut Conseil de l'audiovisuel, pour préparer la réforme qui, le 7 août 1974, voit…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents