« Une nouvelle représentation pour ceux qui luttent »

Olivier Besancenot entend créer un outil politique répondant aux attentes des nombreux déçus de la gauche tradition-nelle qui veulent résister aux effets du capitalisme.

Pourquoi créer un parti anticapitaliste maintenant ? Olivier Besancenot : C'est le bon moment. Des résistances sociales existent. Elles se sont radicalisées avec l'élection de Nicolas Sarkozy, mais elles restent orphelines d'un débouché politique, pas forcément électoraliste, ayant une vision globale de la société et la volonté de se représenter soi-même politiquement pour tenir tête aux actions de la droite. Enfin, il existe au ban de la gauche traditionnelle, et en rupture avec elle, une masse de gens…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents