Courrier des lecteurs Politis 988

Capitalisme prédateur La baisse des salaires, la flexibilité, la chute du niveau des retraites, le déficit de la Sécurité sociale, la faillite des services publics, la multiplication des sans-abri, en un mot la paupérisation des travailleurs n'ont qu'une seule et même cause, le vol d'une part sans cesse accrue des richesses par les capitalistes. Comment se fait-il donc que pratiquement tous ceux qui prennent la défense des spoliés, représentants politiques, syndicaux, médiatiques, associatifs n'en mettent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.