« Il faut recréer du commun »

La Fabrique fête ses dix ans. Éric Hazan, son fondateur et directeur, dresse un bilan de son activité d’éditeur d’essais engagés et observe l’état actuel de l’édition indépendante et des sciences humaines en France.

Dans un livre d’entretiens paru en 2005, qui retraçait votre itinéraire professionnel et politique, vous déclariez qu’en lançant les éditions La Fabrique, vous rêviez « qu’elles deviennent un lieu de ralliement 1 ». Est-ce toujours exact et cela s’est-il réalisé ? Éric Hazan : Oui, c’était un rêve, et cela aurait été formidable. Je rêvais d’un lieu de rencontres, non pas théoriques, mais où les gens viendraient physiquement. En fait, cela ne s’est pas réalisé : à cet égard, ç’a été un échec total, même…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents