Quand la République gêne le "Président"

La Constitution gêne! Celle que le général de Gaulle a voulue, celle que la gauche a critiquée et qu'elle a pourtant utilisée, cette Constitution-là gêne le «président» Sarkozy. Le Conseil constitutionnel, se référant au principe de non-rétroactivité de la loi pénale, censure l'application immédiate de la rétention de sûreté aux condamnés exécutant actuellement leur peine. Censure prévisible car logique au regard du droit. Mécontent de cette décision, le «président» Sarkozy demande au Premier président de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents