PS : Parlons d’autre chose…

Après avoir ratifié ses listes pour les élections européennes, le PS a tenu meeting pour la « défense des libertés ». Un happening qui cache un certain vide programmatique.

Jean-Baptiste Quiot  • 26 mars 2009 abonné·es
PS : Parlons d’autre chose…

«Décalée », « impromptue » . Les commentaires allaient bon train au lendemain de la réunion sur les libertés publiques organisée par le Parti socialiste, dimanche, au Zénith de Paris.
Comment expliquer en effet le peu d’affluence, à peine un millier de personnes, à ce rendez-vous qui se voulait festif et mobilisateur ? La réponse est probablement qu’au plus fort de la crise sociale qui secoue le pays, ce « printemps des libertés » tombait un peu comme un cheveu sur la soupe – même si Martine Aubry a tenu à préciser : « C’est Nicolas Sarkozy qui nous parle de sécurité en plein milieu de la crise. » Pas un seul mot n’a en effet été prononcé, à la tribune, sur l’Europe. Ce n’est donc pas seulement le décalage de ce meeting avec la crise qui interroge, mais celui, aussi, avec la campagne du PS pour les élections européennes du 7 juin prochain.

La grand-messe du PS au Zénith de Paris : un bide absolu. Se Sakutin/AFP

Samedi, le PS donnait pourtant le coup d’envoi officiel de cette campagne : 288 délégués étaient réunis à la convention du Parti, à Paris, pour ratifier les listes. Mais du programme qui devait être présenté le même jour, il n’a finalement pas été question – car les socialistes se trouvent confrontés à un sérieux problème : ils peinent à se démarquer de la droite sur le sujet de l’Europe, après avoir eux-mêmes signé, il y a trois mois, le Manifeste du Parti socialiste européen, qui affirme que « l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, après ratification par tous les États membres, donnerait à l’Europe plus de moyens pour mener, face à nos problèmes, une action démocratique, transparente et efficace ».

On comprend mieux dès lors la grosse ficelle du « printemps des libertés ». Quand des journalistes demandent à Martine Aubry, à la sortie du Zénith, pourquoi le PS a choisi cette date et ce thème, la première secrétaire invoque le hasard : « Cette date avait été choisie parce que Nicolas Sarkozy devait ratifier cette semaine les travaux de la commission Balladur. Mais il a repoussé » l’échéance. Peut-être.

Nicolas Sarkozy a bon dos. Le PS mène en fait une double campagne. Au niveau du PSE, les propositions de la gauche se différencient difficilement de la politique de la droite. Mais, en France, il s’agit de faire bonne figure. Surtout que, selon un récent sondage, 76 % des Français estiment que le PS n’a pas de réponses face à la crise. Et qu’Olivier Besancenot apparaît de plus en plus, aux yeux de l’opinion, comme le meilleur opposant au président de la République.

Si le meeting du Zénith a bel et bien été ce qu’on appelle un bide, c’est que les militants ont éprouvé un malaise devant ce contretemps. Alors que tout le monde attend des réponses sociales, le Parti socialiste a décidé de parler d’autre chose…

Politique
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas