Lu

Politis  • 16 avril 2009
Partager :

Rien n’est plus irrésistiblement émouvant, chaque année à pareille saison, que la traditionnelle distribution de colifichets connue sous le nom de promotion-de-Pâques-de-la-Légion-d’honneur (PDPDLLDH), où viennent d’être hissées au grade (envié) de « commandeur » deux personnalités de beau renom : l’historien Max Gallo et Vincent Bolloré (qui de son côté ne fait pas du tout d’histoires, on va le voir, lorsqu’il s’agit de prêter son yacht à un ami épris de spiritualité). Le premier, rappelons-le, s’est distingué, depuis deux ans, par l’extrême pureté des flatteries qu’il prodigue (par voie de presse et à intervalle régulier d’un ou deux mois) au chef de l’État français. (Qu’il trouve, en substance, hyperséduisant.) Le second a généreusement offert son yacht de 60,25 mètres, le Paloma , au (même) chef de l’État français, quand icelui a voulu faire, au lendemain de son élection, une retraite de type monastique, mais avec un bain à remous sur le pont supérieur et des meufs en bikini. « Jamais un vrai bien fait ne fit d’ingrat » , disait Rousseau : c’était finement observé.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don