Autodafé

Il y a un an, rappelons-nous : Israël était l’invité d’honneur du Salon du livre de Paris. Pendant ce temps-là, l’armée israélienne continuait de faire à Gaza du hachis d’Arabes (sans trop de considération pour leurs préférences littéraires), et de nombreux appels à boycotter cette manifestation avaient été lancés. Shimon Peres avait vigoureusement réagi à ces appels, expliquant notamment (et alors même que personne, bien sûr, n’avait appelé à brûler des livres) : « Je suis contre les autodafés, je suis…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents