L’université sous la stratégie du choc

Si d’aucuns ont pu croire en la fin du néolibéralisme ou en son dépassement proche, la « réforme » de l’Université et de la recherche, en France et dans les autres pays d’Europe, sonne comme un démenti et constitue un exemple de la poursuite du processus et de la stratégie du choc. Ces « réformes » s’inscrivent dans le processus de Bologne, démarré en 1999. Présenté comme un projet d’harmonisation des systèmes d’éducation et de recherche au niveau européen, il se voudrait l’héritier d’une certaine…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents