Guy Bedos, rédacteur en chef invité

« Il faut vraiment que la gauche soit nulle pour que ce type ne se fasse pas complètement esquinter. Je me souviens d’une phrase d’Arletty, qui avait la réputation d’être assez aimable avec les Allemands. Il ne fallait pas les laisser entrer », disait-elle. J’en veux aujourd’hui à Jospin et à Chevènement d’avoir fait le travail pour laisser entrer Sarkozy, avec leurs campagnes de merde ! » « Je ne comparerai jamais Anne Frank et Primo Levi avec Ariel Sharon et Benyamin Nétanyahou, et l’on pourrait ajouter…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.