Premier désaveu

Présentée comme un objectif majeur du RSA, l’incitation au retour à l’emploi semble déjà inefficace.

C’était la clef de voûte du dispositif. L’argument « numéro un » de Martin Hirsch pour vendre son projet à un gouvernement obsédé par la traque aux « assistés ». En cumulant allocations et (bas) salaire, le revenu de solidarité active (RSA) permettrait d’ « inciter à la reprise d’une activité ». L’échec est pourtant cuisant. Et ce n’est pas l’opposition qui le dit, ni même quelque sociologue « gauchiste ». C’est le comité d’évaluation des expérimentations mis en place par le Haut-Commissariat lui-même.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.