Entendu

« Un vrai réac en béton armé » et « un hystérique des privatisations ». C’est ainsi que Jean-Luc Mélenchon a qualifié, sur RMC, le Polonais Jerzy Buzek, promis à la présidence du Parlement européen. Le leader du Parti de gauche a estimé que « la culture de droite polonaise est particulièrement violente et sectaire ». Mais, derrière ces formules, le nouveau député européen s’en est surtout pris à ses anciens amis socialistes qui ont passé un accord avec la droite européenne pour faire élire Jerzy Buzek.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.