Entendu

Invitée à commenter sur RMC le discours de Martine Aubry à l’université d’été du PS, Marielle de Sarnez a sobrement déclaré : « Je n‘ai pas envie de mots négatifs. » On ne peut guère être plus… négatif. Tout de même, la vice-présidente du MoDem a ajouté : « Ceux qui veulent le changement, il va falloir qu’ils prennent en charge le changement. » Discrète incitation au putsch. Vincent Peillon sait d’où lui viendrait le soutien…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.