Entendu

Politis  • 29 octobre 2009
Partager :

Étrange, cette façon qu’ont eue les médias d’insister sur le score obtenu par Ben Ali lors de sa réélection pour un cinquième mandat à la tête de la Tunisie. Par exemple, sur France Inter, lundi 26 octobre, aux informations de 9 heures, on a entendu que Ben Ali n’avait pas « atteint la barre des 90 % allégrement franchie lors des quatre précédents scrutins » , puis, quelques secondes plus tard, qu’il avait obtenu « son plus petit score ». Qu’est-ce à dire sinon que ces journalistes tendraient à accorder un quelconque crédit aux 89,62 % affichés par le pouvoir ? Voudraient-ils ainsi sous-entendre qu’il y a place pour une opposition digne de ce nom dans cet État dictatorial ? Nous ne leur ferons pas ce procès-là. Mais il y a parfois quelque légèreté regrettable à oublier que les mots ont un sens et que certaines formulations ne sont pas sans conséquences.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don